Yule, ou la célébration du solstice d’hiver

Et si cette année, vous ne fêtiez pas Noël, mais Yule ?

Dîtes au revoir aux guirlandes de plastiques, aux boules brillantes, à la bûche de Noël pleine de beurre, et bonjour à la féérie des décorations boisées et artisanales, aux senteurs des épices et à la beauté de la nature.

Yule, c’est l’occasion de se reconnecter avec son Soi et ses proches, et célébrer l’année à venir.

Dans le respect des traditions anciennes, venez découvrir une nouvelle forme de cène venue des pays scandinaves : Yule.

D’où vient la fête de Yule ?

Yule est le nom donné à la fête qui célèbre le solstice d’hiver le 21 décembre. Datant de l’époque préchrétienne, certains ont alors attribué cette fête païenne aux germaniques. Toutefois, le mot Yule vient du norrois « Jól » et a été anglicisé au fil du temps. Yule est aussi l’un des huit sabbats et selon le mouvement Wicca, la célébration de Yule a lieu à la date où le soleil entre dans le Capricorne. En effet, le solstice d’hiver étant la nuit la plus longue de l’année, les anciens appréhendaient que le soleil ne revienne jamais.

Depuis le VIe siècle, cette fête est devenue Noël et a été déplacée au 25 décembre, alors que dans les pays nordiques, Yule a été associée à tort à Noël bien plus tard, vers le XIe siècle, lorsque les pays nordiques se sont christianisés et qu’ils ont abandonné leur paganisme.

Yule : mythe et représentation

Plongeons dans l’histoire des dieux-arbres. En effet, est commémorée à cette date la mort du Roi de Houx, tué par son successeur, le Roi de Chêne. La couronne convoitée était horizontale, et portait quatre bougies, symbole de la renaissance de la lumière. Selon la tradition, l’on faisait brûler une bougie par semaine, chaque dimanche avant le 21 décembre.

Dans la mythologie scandinave, Yule incarne la période de l’année durant laquelle le dieu Heimdall (Heimdallr en norrois) rend visite à ses enfants à Midgard –la Terre où sont les humains. Accompagné des dieux vivants sur Asgard, les Aesirs, ils se rendent dans chaque foyer afin de récompenser d’un présent les enfants ayant bien agi. Quant aux plus tumultueux, ils ne recevaient que de la cendre dans leur chaussette.

Malgré les multiples interprétations qui existent, les mythes et légendes, Yule est avant tout un grand moment de partage. Outre les cadeaux, c’est surtout le repas qui importe. En effet, les dieux et les humains, chacun de leur côté, n’hésitaient pas à festoyer, chanter et danser pour célébrer ce jour si particulier.

Traditions du solstice d’hiver

La fête de Yule est donc, tout comme Noël, une fête de renouveau, qui marquait jadis la fin des récoltes. Il s’agira de reprendre son souffle avant le déploiement du printemps. Pour cela, rien de plus simple ! L’arbre et le feu sont deux symboles importants de Yule. Les jeux de senteurs et de lumière sauront alors illuminer votre intérieur : décorer la porte avec du houx, qui a des vertus protectrices ; l’intérieur de votre nid avec des oranges piquées de clous de girofles, de l’encens ou autre bougie naturelle.

Selon la tradition, les pommes représentent l’immortalité, faisant du cidre la boisson d’honneur de cette célébration. Les viandes rôties sont également très appréciées, pour la représentation du règne animal. Enfin, le sucre, le miel et les fruits sont essentiels car ils créent le lien avec la nature ; ainsi, les biscuits secs préparés avec amour, les gâteaux aux fruits confits, ainsi que le pain d’épice apportent douceur et connexion au foyer.

Pas si éloigné de Noël, Yule permet de se recentrer sur soi et ses proches, en célébrant des traditions anciennes qu’il vous est désormais possible de remettre au goût du jour.

Anouchka.S

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.