Les constellations du Zodiaque

Origines des constellations

Les constellations du Zodiaques ont été remarquées par les Mésopotamiens. Grâce au système écliptique qui est alors établi vers -450 avant notre ère, il est possible d’observer et de comprendre les constellations qui peuplent le ciel. Le système écliptique est, par définition, le point de vue duquel l’Homme se place –la Terre, donc- pour observer le ciel. Il définit aussi et surtout la trajectoire que parcourt le Soleil sur la voûte Céleste. La bande de ciel que ce système écliptique recouvre est appelée Zodiaque, et divisée en douze parties égales, chacune rattachée à un signe.

Si certains scientifiques rattachent cependant l’origine des signes du Zodiaque à une découverte babylonienne, certaines traces desdits signes ont été retrouvées vers le Ve siècle avant notre ère, dans la Grèce antique. Il est alors probable que les origines des signes du Zodiaque se soient établies en parallèle, à la fois en Grèce, et à Babylon. Et c’est à cette époque que l’astrologie occidentale prend ses sources.

Ainsi, les signes du Zodiaques sont directement inspirés des constellations qui leurs sont associées. Depuis, ils traversent les siècles et servent les disciplines divinatoires comme l’astrologie tout autant que leurs constellations servent à l’astronomie.

Les constellations du Zodiaque

Il y a donc douze constellations du zodiaque. Selon une légende, lors de la division du Zodiaque, il a fallu créer une figure supplémentaire pour que chaque partie du Zodiaque ait son propre signe. C’est ainsi que le signe de la Balance aurait été crée. Plusieurs siècles plus tard, Ptolémée décrira les étoiles de la Balance comme étant l’ancienne configuration du signe Scorpion, dans son livre l’ « Almageste ».

Néanmoins, les douze constellations du Zodiaque sont aujourd’hui établies avec certitude, et servent de base à nombre de pratiques, tant divinatoires qu’ésotérique, puisque les constellations prennent également en compte la forme et l’emplacement des planètes qui les entourent.

Les douze constellations du Zodiaque ayant donné lieu aux signes suivants :

Capricorne, Verseau, Poisson, Bélier, Taureau, Gémeaux, Cancer, Lion, Vierge, Balance, Scorpion, Sagittaire.

Influences

Les constellations du Zodiaque font donc partie intégrante du système solaire, mais surtout, elles sont comprises dans les influences que le système écliptique émet, tant sur la Terre que dans la Galaxie.

Autrement dit, il repose sur le système écliptique nombre de mécanismes dans le ciel. C’est notamment la ligne Zodiacale qui permet de définir les trajectoires des planètes du système solaire, et donc, d’associer d’une première façon les constellations du Zodiaque à l’étude des astres ; soit l’astrologie.

De même, il est possible de constater que les équinoxes et solstices sont eux aussi présents sur cette ligne zodiacale aux côté des planètes. Et pour cause, le plan écliptique coupe celui de l’équateur en 0° Bélier, puis en 0°Balance, ce qui détermine ainsi l’axe des équinoxes (printemps et automne). Les équinoxes et solstices sont néanmoins importants, puisqu’ils  rappellent les états des signes du Zodiaques comme étant photopériodiques (douze périodes distinctes). Et même si les frontières de chaque constellation sont un peu floues dans le ciel, il est possible de déterminer des moments où l’un des signes laisse place au suivant.

Ainsi, les constellations du Zodiaque, à l’origine même des signes qui en sont nés, permettent tout autant de faire le lien entre science et astrologie, que d’affirmer la corrélation qui existe entre la Terre, et le Ciel qui s’étend au-dessus d’elle. Leurs influences sont multiples, et ont rapidement engendré, il y a plusieurs siècles, l’apparition de douze signes du zodiaque qui ont su demeurer entiers à travers les siècles, et dont l’utilisation est toujours d’actualité.

Anouchka S.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.