Hildegarde de Bingen, portrait d’une femme au destin hors normes

Une enfant pas comme les autres

Sa naissance est estimée aux alentours de 1098, en Allemagne. Elle est la dixième enfant d’une famille de nobles de Palatinat, région située dans l’ouest de l’Allemagne. Dès son plus jeune âge, elle s’intéresse vivement à la religion. Grande précurseure dans les ordres, elle entre au couvent à huit ans et en devient abbéesse à l’âge de trente-huit.

Toutefois, Hildegarde de Bingen dissimule un secret depuis sa plus tendre enfance. Et pour cause, elle est touchée d’un phénomène mystique qui se traduit par des visions dès son plus jeune âge (aux alentours de trois ans selon certaines sources). Mais à cause des normes sociales de l’époque et du rang de sa famille, elle comprend qu’elle ne peut rien en dire et conserve tout pour elle.

Il lui faudra attendre l’âge adulte pour enfin s’autoriser à parler de ces phénomènes mystiques. L’âge où elle a commencé à raconter ce qu’elle vivait est estimé entre trente-huit et quarante ans.

Une femme aux multiples talents

Tout au long de sa vie, la curiosité insatiable de Hildegarde la mène à s’intéresser à de nombreux sujets.  Religion, soins par les plantes, anatomie humaine, sciences de la reproduction… Hildegarde de Bingen est une femme aux multiples talents.

À son époque, elle était un paradoxe que la société n’hésitait pas à condamner pour ses pensées. Mais curieuse et volontaire, Hildegarde n’hésite pas à couvrir ses religieuses de soie et leur fait porter des anneaux d’or. Pour elle, elles devaient être présentables et belles pour Dieu. Elle écrit par ailleurs sur la nature humaine et féminine, et n’hésite pas à aborder le sujet des menstruations ou encore de l’accouchement : un comble pour l’époque conservatrice !

L’astrologie est également un sujet qui la passionne, bien qu’il ne soit pas en accord avec l’Église selon les consciences collectives. Si le sujet est considéré comme de la pure sorcellerie par l’Église, Hildegarde s’y intéresse vivement et parvient même à une originalité qui marquera son époque : pour elle, il est possible de déterminer la personnalité d’un individu non pas à partir de sa date de naissance, mais bel et bien de sa date de conception.

L’influence d’une vie

Si ses pratiques et ses actes marquent son époque, c’est surtout grâce à ses écrits qu’elle devient célèbre de son vivant et demeure dans les mémoires des siècles plus tard. En effet, aux alentours de quarante ans, elle relate dans un livre nommé Scivias, toutes les visions mystiques qu’elle a eu depuis l’enfance.

Deux autres livres seront également très populaires : Physica, dans lequel elle écrit et explique le nom de plus de trois cents plantes et animaux, et Causae et curae, dans lequel elle présente un exposé sur la théorie des humeurs. En s’inspirant d’Aristote, d’Hippocrate et de bien d’autres, elle parvient à mêler religion et sciences afin d’expliquer les changements du corps et la santé de celui-ci.

Elle est parmi les premiers saints pour qui une cérémonie de canonisation sera demandée. Mais la procédure pour Hildegarde de Bingen fût si longue qu’aucune n’a été menée à terme.  Le 7 octobre 2012, elle est proclamée Docteur de l’Église, et devient ainsi la quatrième femme Docteure de l’Histoire.

Hildegarde de Bingen reste aujourd’hui encore une référence dans de nombreux domaines ; son avant-gardisme et son influence pour l’époque l’ayant au fil des siècles élevés au statut de sainte.

Anouchka S.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.