Le Yin et le Yang

La théorie du Yin et du Yang s’intègre, parfaitement et profondément, au paradigme du Qi, qui consiste à décrire l’univers comme un ensemble d’énergies fondamentales. Ces souffles en mouvement varient dans leurs états de condensation ou d‘expansion.

Le Yin représente ce que l’on ne voit pas, l’inconscient et la nuit. Comme il est l’énergie passive féconde, qui donne la vie, il symbolise la féminité. Le Yang est l’opposé du Yin, il représente le lumineux, le conscient et le jour. Comme il est toujours en action, en mouvement, il symbolise l’univers masculin, l’étincelle de vie.

Symbolisée dans un cercle extérieur, la théorie du Yin et du Yang s’illustre par une virgule blanche avec un point noir et une virgule noire avec un point blanc, qui s’emboitent parfaitement l’un dans l’autre, pour ne former plus qu’un. Ce symbole, connu de tous, montre que ces deux éléments sont inextricablement liés. Par voie de conséquence, il induit que tout élément mâle a une partie femelle et que tout élément femelle a une partie mâle.

Cette théorie, à la fois simple et ambitieuse, est à la base de notre façon d’appréhender les éléments par nos cinq sens. Nous définissons et qualifions tout ce qui est autour de nous (formes, objets, êtres vivants, relations, humeurs, etc.), en procédant par comparaison. En effet, il est difficile de parler de la chaleur sans connaître le froid, de parler du jour, sans la nuit ou encore de la lumière, sans l’obscurité.

Il paraît alors impossible d’imaginer l’un sans l’autre, l’automne et l’hiver (yin) contre le printemps et l’été (Yang), le nord ouest (Yin) et le sud est (Yang), l’humidité (yin) et la sécheresse (Yang), l’eau (Yin) et le feu (Yang), etc. Mais le Yin et le Yang se retrouvent également au niveau du corps humain la position basse (yin) contre la position haute (yang), un muscle en contraction (Yang) et un muscle au repos (Yin), etc…

Cependant, cette classification est relative, puisque aucun élément n’est Yin ou Yang de manière absolue. Par exemple, au mois d’avril, les journées sont plutôt Yang par rapport à celles du mois de janvier, mais elles deviennent Yin, si on les compare aux beaux jours de Juillet. Dans le même ordre d’idée, le dos est Yang en médecine chinoise, alors que le ventre est Yin, mais le ventre peut devenir Yang si on le considère par rapport à la tête…

Ainsi, le Yin et le Yang s’opposent constamment, mais passent progressivement par différentes phases de croissance et de décroissance. Elles peuvent apparaître comme de force égale, alors qu’il s’agit davantage d’une relation faite de pics et de creux. Globalement, le Yin et le Yang doivent toujours être en équilibre, inscrits dans des cycles généralement prévisibles : lorsqu’une force atteint son apogée, elle commence à décroître, alors que l’autre force débute son ascension, et ainsi de suite, à l’image des cycles de la lune.

En résumé, le Yin et le Yang sont deux principes opposés et complémentaires, l’un plutôt actif et émetteur (Yang), l’autre, plutôt plus passif et réceptif (Yin). Toujours en mouvement, ils tendent perpétuellement vers leur équilibre, sans jamais réellement y parvenir.

Patricia I.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.